BIO

Dans une autre vie, la prochaine ou celle des dimanches, René aurait changé son nom pour se faire PLUNTAN. Parce que sculpteur à plein temps, il aurait peut-être le temps de nous dire tous les objets qu'il a en tête. Parce qu'il joue avec la matière comme il joue avec les mots, RENÉ PLUNIAN se nourrit de Brancusi, des surréalistes, d'Henry Moore. Respectueux des dents de ses patients, c'est au bois qu'il donne la parole lorsqu'il rentre chez lui, dans son atelier de Dourdan, ouvert sur un jardin-musée. L'œuvre prend naissance à partir d'un mot (mordant parfois, sensible toujours), d'un morceau de nature ramassé au détour d'un jogging ou d'un week-end breton, d'une petite idée ou d'un grave message. Chez René Plunian, il est interdit d'interdire, la matière fait bien ce qu'elle veut, elle inverse les objets, elle change l'instrument en arbre ou l'arbre en instrument, on ne sait plus trop et c'est ce qui nous ravit. L'humain reprend sa place le temps d'un bref passage, l'objet revient à ce qu'il n'a jamais été, une cuillère devient poisson, un caillou devient voiture. Ce que Martin Buber appelle Cela, René Plunian en fait un Tu, confond non sans malice le geste de l'Homme et la trace de la Nature, et nous donne une place dans cette relation à l'objet. L'humour n'est jamais loin, et il s'accompagne toujours d'une petite révolution.

2020 © René Plunian - Bureau SANS

René

PLUNIAN